Ballets

Giselle ou Les Willis

Sous-titre : ballet fantastique en deux actes

Ce ballet a été coécrit avec Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges et Jean Coralli ; la musique est d’Adolphe Adam. Il a été représenté pour la première fois au Théâtre de l’Académie royale de musique le lundi 28 juin 1841, avec une chorégraphie de Jean Coralli et Jules Perrot. Le texte de ce ballet a été publié dans Théâtre : mystères, comédies et ballets en 1872.

Lire le texte sur Gallica

Lire le texte sur wikisource

__________________

La Péri

Sous-titre : ballet fantastique en deux actes

Théophile Gautier a écrit ce ballet avec Jean Coralli, début 1842 ; la musique est de Friedrich Burgmüller. Il a été représenté pour la première fois au à Paris Théâtre de l’Académie royale de musique le 17 juillet 1843 (chorégraphie de Jean Coralli). Le livret a paru chez Vve Jonas en 1843, puis dans Théâtre : mystères, comédies et ballets en 1872.

Le personnage de la péri est issu d’un conte des Mille et une nuits, « Histoire du prince Ahmed et de la fée Pari-Banou » : les péri sont des génies femelles de la mythologie arabo-persane, que Thomas Moore avait mis en scène dans « Paradise and Peri » (Lalla Rook, 1817), que Gautier avait lu (tout comme Victor Hugo, qui avait utilisé cette figure mythologique dans « La Fée et la Péri »). Gautier avait déjà utilisé la figure de la péri, dans son poème « La jeune fille » (Poèmes, 1830).

Lire le texte sur Gallica

Lire le texte sur wikisource

__________________

Pâquerette

Sous-titre : ballet pantomime en 3 actes et 5 tableaux

Ce ballet a été écrit par Gautier, et est accompagné d’une musique de François Benoist. Il a été représenté pour la première fois à Paris au Théâtre de l’Opéra le 15 janvier 1851 (chorégraphie d’Arthur Saint-Léon). Le texte a paru chez Vve Jonas en 8151, puis dans Théâtre : mystères, comédies et ballets en 1872.

Lire le texte sur Gallica

Lire le texte sur wikisource

__________________

Gemma

Sous-titre : ballet en deux actes et cinq tableaux

Musique de Nicolò Gabrielli. Ce ballet a été représenté pour la première fois à Paris à l’Académie impériale de musique le 31 mai 1954 (chorégraphie Fanny Cerrito). Le livret de ce ballet a paru dans Théâtre : mystères, comédies et ballets en 1872.

Le magnétisme est au cœur du ballet, dans lequel un homme emploie cette science pour tenter d’obtenir d’une jeune fille qu’elle l’épouse ; cette thématique est présente dans d’autres œuvres de Gautier, comme Avatar (1856) et Spirite. Pour Gemma, Gautier indique s’être inspiré des Mémoires d’un médecin : Joseph Balsamo d’Alexandre Dumas, et des mélodrames de Pixérécourt.

Lire le texte sur Gallica

Lire le texte sur wikisource

__________________

Yanko le Bandit

Sous-titre : ballet-pantomime en deux actes

Musique d’Edouard Delvedez. Ce ballet a été représenté pour la première fois au Théâtre de la Porte Saint-Martin le 22 avril 1858 (chorégraphie Charles Honoré). Son livret a été publié dans Théâtre : mystères, comédies et ballets en 1872.

Lire le texte sur Gallica

Lire le texte sur wikisource

___________________

Sacountala

Sous-titre : ballet-pantomime en deux actes

Ce ballet a été représenté pour la première fois à Paris au Théâtre impérial de l’Opéra, le 14 juillet 1858 (chorégraphie Lucien Petipa). Gautier en a écrit l’argument, et Ernest Reyer la musique. Il est tiré du drame indien La Reconnaissance de Sacountala par Calidasa, poème publié en sanscrit et en traduction française par A. L. Chézy en 1830). Gautier est très attiré par l’Inde, autant que par l’Egypte, et se documente beaucoup à se sujet, à travers des œuvres indiennes, mais aussi en lisant des textes contemporains dans lesquelles l’Inde joue un rôle majeur. Et Gautier a accordé une place particulière à l’Inde dans son Avatar (1856).

Le livret de Sacounatala a été publié chez Vve Jonas (Paris) en 1858, puis dans Théâtre : mystères, comédies et ballets en 1872.

Lire le texte sur Gallica

Télécharger le texte gratuitement sur Projet Gutenberg

Lire le texte sur wikisource


(M)Envoyer cette page à un ami.
Imprimer