Eugénie Fort

Eugénie Fort est née à Paris le 6 juin 1812, et est morte à Paris en 1881.

Fille d’un ancien soldat allemand de l’armée de Condé et d’une marchande fruitière, Eugénie Fort a trois frères et soeurs, mais elle fait exception dans sa fratrie pour sa beauté et son intelligence. Elle est voisine des Gautier, Place Royale, et elle aurait rencontré Gautier sur un banc, vers 1830. Gautier l’a longtemps courtisée, avant que leur liaison ne débute, en février 1836. Le 29 novembre de la même année, elle donne naissance à leur fils, Théophile. Gautier ne semble pas prêt à reconnaître son enfant : il s’y résout finalement, au lendemain de la naissance, pour éviter un duel avec le frère d’Eugénie, Charles Fort. De 1836 à 1842, la vie d’Eugénie est mal connue : elle a séjourné à Marseille, notamment. Elle revient ensuite se fixer à Paris, où elle élève son fils et vit avec Charles Blanc, témoin du duel avorté et parrain de Toto. La famille de Gautier regrette que l’auteur n’ait pas épousé Eugénie Fort, et tient celle-ci en haute estime. Gautier rend des visites fréquentes à son fils et à son ancienne maîtresse, qui souhaiterait voir le père plus présent dans la vie de son fils. Au cours de ces visites, Gautier confie sa lassitude grandissante à Eugénie.

Le 12 octobre 1856, Eugénie Fort commence la rédaction d’un journal qui aura 10 volumes, et dans lequel Gautier apparaît souvent. Les sentiments d’Eugénie à son égard sont variables : elle est tantôt bienveillante car elle apprécie ses rencontres avec lui, tantôt agacée par l’attitude de Gautier qu’elle juge égoïste. De son côté, Gautier, qui lui confie les tracas de sa vie quotidienne à Neuilly, paraît regretter de ne pas voir vécu avec elle.

Pendant la Commune, elle vit à Versailles, et Gautier se réfugie chez elle pour fuir Paris. Après l’armistice du 26 janvier 1871, Eugénie rejoint Théophile Gautier fils à Bruxelles.

saut

(Source : Théophile Gautier, Correspondance générale, éd. Claudine Lacoste-Veysseyre, Genève-Paris, Droz, tome 1, 1985, tome 6, 1991, tome 8, 1993 et tome 11, 1996)


(M)Envoyer cette page à un ami.
Imprimer