Charles Baudelaire

Charles Baudelaire est né à Paris le 9 avril 1821, et décédé à Paris le 31 août 1867.

Gautier a rencontré Baudelaire à l’hôtel Pimodan, à l’occasion de l’une des « fantasias » données par le peintre Boissard de Boisdenier. En revanche, la date est incertaine : Gautier parle de 1849, quand ses contemporains avancent plutôt la date de 1845. Quoi qu’il en soit, c’est vers 1850 que les deux poètes se lient d’amitié.

Baudelaire éprouve une vive admiration pour Gautier, comme suffit à le prouver la dédicace des Fleurs du Mal :

Au poète impeccable

au parfait magicien ès Lettres françaises

à mon très cher et très vénéré

maître et ami

Théophile Gautier

avec les sentiments

de la plus profonde humilité

je dédie

ces fleurs maladives

Dans une lettre de février 1866, Baudelaire écrit : « Excepté Chateaubriand, Balzac, Stendhal, Mérimée, Vigny, Flaubert, Banville, Gautier, Leconte de Lisle, toute la racaille moderne me fait horreur. » (Correspondance, éd. Claude Pichois, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, t.2, p.611). En mai 1864, Baudelaire consacre une communication à Gautier, dans le cadre des conférences littéraires qu’il donne à Bruxelles, où il est parti pour fuir ses créanciers.

Baudelaire était très satisfait du chapitre que lui avait consacré Gautier dans les Poètes français, tome 4 (1862) : il explique que pour une édition définitive des Fleurs du Mal, c’est cet article qu’il utilisera comme préface.

Baudelaire a publié un long article (lire) consacré à Gautier, dans L’Artiste du 13 mars 1859 (dans la « Galerie du XIXe siècle »), repris sous le titre Théophile Gautier par Charles Baudelaire. Notice littéraire précédée d’une lettre de Victor Hugo (Paris, Poulet-Malassis et De Broise, 1859) puis dans L’Art romantique (Paris, Michel Lévy, 1868). Cet article a également été inclus dans Honoré de Balzac paru chez Poulet-Malassis et Debroise en 1859, dans lequel il fait suite à un article de Gautier sur Balzac.

Gautier a écrit un article intitulé « Charles Baudelaire » paru dans le Moniteur Universel du 9 septembre 1867.

saut

(Source : Théophile Gautier, Correspondance générale, éd. Claudine Lacoste-Veysseyre, Genève-Paris, Droz, tome 5, 1991 et tome 8, 1993)


(M)Envoyer cette page à un ami.
Imprimer