Poésie : recueils

Poésies complètes

Ce recueil, paru en 1845 chez Charpentier (Paris), regroupe AlbertusLa Comédie de la Mort, les Poésies diverses et les Poésies nouvelles. Dans ce recueil rassemblant toute sa poésie de jeunesse, Gautier a apporté quelques modifications. La Comédie de la Mort et les Poésies diverses n’ont pas été retouchées, mais Albertus et les Poésies nouvelles ont été transformés. Six pièces des Poésies nouvelles ont disparu : « Cauchemar », « Far niente », « Elégie II », « Voyage », « Colère » et le « Sonnet VII », et trois ont au contraire été ajoutées (« J’ai tout donné pour rien », « Ambition », « A des amis qui partaient »). La préface de 1832 disparut et la légende d’Albertus ouvrit le volume. Ainsi réorganisés, les poèmes se répartissaient comme suit, sans souci des dates de parution initiales :

Albertus – poème

Élégies

I (Méditation) XI (Elégie IV)
II (Le Luxembourg) XII (L’oiseau captif)
III (Maria) XIII (Une âme)
IV (Les deux âges) XIV (Clémence)
V (La jeune fille) XV (Souvenir)
VI (Elégie I) XVI (Stances)
VII (Ballade : Cher ange…) XVII (Déclaration)
VIII (Serment) XVIII (Nonchaloir)
IX (Rêve) XIX (Justification)
X (Elégie III) XX (Infidélité)

Intérieurs

I (Frisson) saut saut saut saut saut sau V (A mon ami Eugène de N***)
II (Le coin du feu) VI (Moyen-âge)
III (Veillée) VII (La basilique)
IV (La tête de mort)

Paysages

I (Enfantillage) VIII (Pluie)
II (Le Jardin des Plantes) X (Le marais)
III (La demoiselle) XI (Le retour)
IV (Le sentier) XII (Point de vue)
V (Promenade nocturne) XIII (Soleil couchant)
VI (Ballade : Quand à peine…) saut saut saut XIV (Pan de mur)
VII (Paysage) XV (Paris)
IX (Pensées d’automne)

Fantaisies

I (Imitation de Byron) X (Sonnet I)
II (Le Bengali) XI (Sonnet II)
III (Un vers de Wordsworth) XII (Sonnet III)
IV (Le champ de bataille) XIII (Sonnet IV)
V (Les souhaits) XIV (Sonnet V)
VI (Débauche) XV (Sonnet VI)
VII (A mon ami Auguste M***) saut saut saut XVI (Ambition)
VIII (Le cavalier poursuivi) XVII (A des amis qui partaient)
IX (Ballade : Or çà…)

Lire le recueil entier sur Google Books (poèmes répartis par recueil d’origine)

En 1855 et 1858, cette édition reparut chez Charpentier, avec de petites modifications dans les textes, certaines voulues par Gautier, d’autres simples conséquences des erreurs d’impression et du peu de temps que Gautier avait à consacrer aux corrections, notamment 33 vers restitués au « Sommet de la Tour » en 1858. En 1860 et 1862, deux tirages sur clichés d’après l’édition de 1858 furernt réimprimés.

En 1875-1876 a paru chez Charpentier une nouvelle collection de poésies en deux tomes, sous ce titre de Poésies complètes, par Marcel Dreyfous. Les poèmes y sont présentés dans l’ordre chronologique, et dans leur version d’origine (avec titres, dédicaces et épigraphes) ; le tome 2 contient des pièces alors inédites. Toutefois, les Emaux et Camées y ont été laissés de côté.

TOME 1

Poésies 1830-1832 (voir ci-dessous la notice consacrée aux Poésies pour plus de détails)

Méditation Far niente Voyage
Moyen Âge Stances Le coin du feu
Élégie I Promenade nocturne La tête de mort
Paysage Sonnet II Ballade
La jeune fille La basilique Une âme
Le marais L’oiseau captif Souvenir
Sonnet I Rêve Sonnet III
Serment Pensées d’automne Maria
Les souhaits Infidélité A mon ami Eugène de N***
Le Luxembourg saut saut A mon ami Auguste M*** saut Le jardin des plantes
Le sentier Élégie II Le champ de bataille
Cauchemar Veillée Imitation de Byron
La demoiselle Élégie III Ballade
Les deux âges Clémence Soleil couchant


saut

saut

saut

saut

saut

saut

saut

saut


saut

suivis des poèmes d’Albertus (voir la notice d’Albertus ci-dessous) :
Sonnet IV Pan de mur Sonnet VII
Enfantillage Colère Paris
Nonchaloir saut saut s Sonnet V Un vers de Wordsworth
Déclaration Justification saut saut Débauche
Pluie Frisson Le Bengali
Point de vue Sonnet VI Le cavalier poursuivi
Le retour Élégie IV Albertus ou L’Âme et le péché

Poésies diverses 1833-1838 :

Le nuage A un jeune Tribun Au sommeil
Les colombes Choc de cavaliers Terza rima
Les papillons Le pot de fleurs Montée sur le Brocken
Ténèbres Le sphinx Le premier rayon de mai
Thébaïde Pensée de minuit Le lion du cirque
Rocaille La chanson de Mignon saut Lamento
Pastel Romance Barcarolle
Watteau Le Spectre de la rose Tristesse
Le triomphe de Pétrarque saut Lamento Qui sera roi ?
Melancholia Dédain Compensation
Niobé Ce monde-ci et l’autre Chinoiserie
Cariatides Versailles Sonnet
La chimère La caravane Aux beaux yeux
La diva Destinée Le Thermodon
Après le bal Notre-Dame Élégie
Tombée du jour Magdalena La bonne journée
La dernière feuille Chant du grillon L’hippopotame
Le trou du serpent Absence Villanelle rythmique
Les vendeurs du temple Le sommet de la tour


TOME 2

La Comédie de la Mort

Poésies diverses 1838-1845 (lire l’intégralité des textes en ligne)

« Vous voulez de mes vers… » La fuite
A la princesse Bathilde Ghazel
« Oui, Forster, j’admirais… » « Dans un baiser l’onde… »
Prière Sultan Mahmoud
A une jeune italienne « A travers la forêt… »
A trois paysagistes – Salon de 1839 L’Esclave
Fatuité Les Taches jaunes
Les Matelots LOndine et le pêcheur

España (voir la notice ci-dessous)

Poésies nouvelles, poésies inédites et poésies posthumes 1831-1872

A Jehan Duseigneur Chanson à boire
Epigraphe placée en tête de Sous la Table Les Rôdeurs de nuit
Epigraphe placée en tête de Daniel Jovard Le profil perdu
Wladislas III A Ernest Hébert
Perplexité Fragments de l’Epicurien
A propos du Chant du Cygne A Marguerite I
La Tulipe A Marguerite II
Le 28 juillet 1840 L’impassible
La Péri A L. Sextius
Le Lion de l’Atlas A l’Impératrice
Le Bédouin et la Mer A Claudius Popelin I
Ebauche de Pierrot Posthume en vers libres saut A Ingres
La Glas intérieur Le rose
La Neige L’hirondelle
Sonnet (Parfois une Vénus…) L’Odalisque à Paris
Modes et chiffons A Ch. Garnier
Les Lions de l’Arsenal à Venise La fumée (Souvent, nous fuyons…)
Fragments de Maître Wolfram Promenade hors les Murs
Nativité
Les Joyeusetés du trépas

saut

UN DOUZAIN DE SONNETS : L‘Esclave noir
Sonnet dédicace A Claudius Popelin II
I. Mille chemins, un seul but Sonnet (Vous étiez sous un arbre…)
II. Ne touchez pas aux marbres Le Sonnet
III. Baiser rose, baiser bleu Sonnet (J’aimais autrefois…)
IV. La Vraie esthétique Le vingt-sept mai
V. Bonbons et pommes vertes Après la bataille
VI. Le Pied d’Atalante A Maxime du Camp
VII. L’Etrenne du Poète Allitérations
VIII. Les déesses posent A une jeune amie
IX. D’après Vanutelli Sonnet (Mon oeil, sur le cadran…)
X. L’Egratignure Jettatura
XI. La Mélodie et l’accompagnement saut saut s Au Bois de Boulogne
XII. La Robe pailletée Le Ruisseau
Chez les Etoiles
L’Orestie
La Perle du Rialto
APPENDICE
Lettre à Monsieur le Ministre de la Guerre
Aux Mânes de l’Empereur
Quatrains
Ave Maria
« Je sais un nid charmant et tendre »

Lire le tome 1 des Poésies complètes (réimpression de 1890) sur Gallica

Lire le tome 2 des Poésies complètes (réimpression de 1890) sur Gallica

________________

España

Gautier a écrit ces poèmes au cours de son voyage en Espagne, où il a séjourné entre mai et octobre 1840 – seule une pièce avait été écrite avant, touts les autres ont été écrites durant le voyage, et publiées entre 1840 et 1845.

Départ L’Escurial Le Laurier du Généralife
Le pin des Landes Le Roi solitaire La lune et le soleil
L’Horloge La Vierge de Tolède Letrilla
A la Bidassoa In deserto J’allais partir
Sainte Casilda Stances J’ai laissé de mon sein de neige
En allant à la Chartreuse de Miraflorès saut En passant près d’un cimetière saut Le soupir du More
La Fontaine du cimetière Les Trois Grâces de Grenade Deux tableaux de Valdès Léal
Le Cid et le Juif J’étais monté plus haut A Zurbaran
En passant à Vergara Consolation Perspective
Les Yeux bleus de la montagne Dans la Sierra Au bord de la mer
La Petite fleur rose Le Poète et la foule Saint Christophe d’Ecija
A Madrid Le Chasseur Pendant la tempête
Séguidille Sérénade Les Affres de la mort
Sur le Prométhée du musée de Madrid J’ai dans mon coeur Adieux à la Poésie
Ribeira

Ces textes ont été repris en 1875-1876 dans l’édition des Poésies complètes chez Charpentier.

lire ce recueil en ligne

____________

Emaux et Camées

Six éditions de ce recueil parurent du vivant de Gautier : en 1852 parurent 18 pièces (Paris, Eugène Didier) qui avaient déjà été publiées dans la presse au cours des années précédentes. Les éditions successives s’enrichirent peu à peu de 29 autres pièces, jusqu’à l’édition définitive, la dernière, en 1872 ; en 1853 (Paris, Eugène Didier), 1858 (Paris, Poulet-Malassis et de Broise), 1863 (Paris, Charpentier), 1866 (Paris, Charpentier) et 1872 (Paris, Charpentier). A ces éditions s’est ajoutée celle de 1884 chez Charpentier, dans laquelle était intégrée une pièce déjà parue dans les Poésies complètes de 1875-1876.

Gautier a écrit les premiers poèmes d’Emaux et Camées dans la foulée de la Révolution de 1848, qui met fin au romantisme flamboyant de 1830. Gautier reprend alors des thèmes qu’il avait exploités des années auparavant, à l’époque où le romantisme porté par ses camarades les plus chers semblait pouvoir triompher de tout. C’est poruquoi le pessimisme gagne les pièces au fur et à mesure de leur écriture

Ci dessous, la liste des poèmes du recueil définitif paru chez Charpentier en 1872 (définitive car la dernière revue par l’auteur) :

Préface

Affinités secrètes Inès de la Sierras Ce que disent les hirondelles
Le Poème de la femme Odelette anacréontique saut Noël
Etudes de mains Fumée Les Joujoux de la morte
Variations sur le Carnaval de Venise saut Apollonie Après le feuilleton
Symphonie en blanc majeur L’Aveugle Le Château du souvenir
Coquetterie posthume Lied Camélia et Pâquerette
Diamant du coeur Fantaisies d’hiver La Fellah
Premier sourire du printemps La Source La Mansarde
Contralto Bûchers et tombeaux La Nue
Cærulei Oculi Le Souper des armures Le Merle
Rondalla La Montre La Fleur qui fait le printemps
Nostalgies d’obélisques Les Néréides Dernier Voeu
Vieux de la vieille Les Accroche-coeur Plaintive Tourterelle
Tristesse en mer La Rose-thé La Bonne soirée
A une robe rose Carmen L’Art
Le Monde est méchant

En 1887, l’éditeur Conquet fit paraître les Emaux et Camées illustrés de 112 dessins de Gustave Fraipont, et préfacés par Maxime du Camp.

Enfin, en 1889-1890, Charpentier fit paraître des Poésies complètes comprenant les dernières poésies de Gautier, ainsi que des textes inédits.

______________

Albertus, ou L’Âme et le péché. Légende théologique.

Ce recueil a paru en 1833 chez Paulin (libraire-éditeur), Paris. Il est composé de 40 pièces, précédées d’une préface :

Méditation Pensées d’automne Sonnet IV (Lorsque je vous dépeins…)
Moyen-âge Infidélité Enfantillage
Elégie I (Nuit et jour…) A mon ami Auguste M*** Nonchaloir
Paysage Elégie II (Je voudrais l’oublier…) Déclaration
La Jeune fille Veillée Pluie
Le Marais Elégie III (Elle est morte pour moi…) Point de vue
Sonnet I (Aux vitraux diaprés…) Clémence Le Retour
Serment Voyage Pan de mur
Les Souhaits Le Coin du feu Colère
Le Luxembourg La Tête de mort Sonnet V (Qu’est-ce que ce bonheur…)
Le Sentier Ballade Justification
Cauchemar Une âme Frisson
La Demoiselle Souvenir Sonnet VI (Avant cet heureux jour…)
Les Deux Âges Sonnet III (Quelquefois, au milieu…) Elégie IV (Ma charmante, depuis…)
Le far-niente Maria Sonnet VII (Avec ce siècle infâme…)
Stances (Vous ne connaissez pas…) sa A mon ami Eugène de N*** saut saut Paris
Promenade nocturne Le Jardin des plantes Un Vers de Wordsworth
Sonnet II (Ne vous détournez pas…) Le Champ de bataille Débauche
La Basilique Imitation de Byron Le Bengali
L’Oiseau captif Ballade (Madame, vous êtes belle…) Le Cavalier poursuivi
Rêve Soleil couchant Albertus, ou L’Âme et le péché

saut

Lire le recueil (première édition, 1833) sur Gallica

En réalité, ces textes n’étaient pas totalement inédits : un recueil intitulé Poésies, paru en 1830 chez Charles Mary (libraire, Paris) s’était mal vendu, et l’on y avait donc ajouté une préface, vingt pièces et la légende proprement dite d’Albertus.

______________

Poésies

Ce recueil a paru en 1830, et regroupe des poésies écrites entre 1826 et 1830, dans lesquelles Gautier s’est fortement inspiré d’Hugo, de Sainte-Beuve et de Musset. En 1845, pour l’édition des Poésies complètes chez Charpentier, Gautier a beaucoup remanié ces textes.

Méditation Promenade nocturne Une âme Point de vue
Moyen Âge Sonnet II Souvenir Le retour
Élégie I La basilique Sonnet III Pan de mur
Paysage L’oiseau captif Maria Colère
La jeune fille Rêve A mon ami Eugène de N*** Sonnet V
Le marais Pensées d’automne Le jardin des plantes Justification
Sonnet I Infidélité Le champ de bataille Frisson
Serment A mon ami Auguste M*** saut Imitation de Byron Sonnet VI
Les souhaits Élégie II Ballade Élégie IV
Le Luxembourg saut saut Veillée Soleil couchant Sonnet VII
Le sentier Élégie III LES POÈMES D’ALBERTUS : saut Paris
Cauchemar Clémence Sonnet IV Un vers de Wordsworth
La demoiselle Voyage Enfantillage Débauche
Les deux âges Le coin du feu Nonchaloir Le Bengali
Far niente La tête de mort Déclaration Le cavalier poursuivi
Stance Ballade Pluie Albertus ou L’Âme et le péché

_____________

Premières poésies 1830-1845

Ce recueil a paru en 1866, puis a été réédité en 1870 et 1873. Dès la première parution, il s’agissait d’un tirage d’après des clichés pris dans les Poésies complètes parues en 1858.

Ce recueil était composé de :

Albertus

La Comédie de la Mort

Poésies diverses

qui avaient tous également paru dans les Poésies complètes dès 1845.

______________

La Comédie de la Mort

Ce recueil a paru en février 1838 chez Desessart. Il regroupe cinq années d’écriture poétique, le recueil précédemment paru étant Albertus (1833) : on y trouve donc La Comédie de la Mort, mais aussi ce qui sera regroupé plus tard sous le titre de Poésies diverses. La Comédie de la Mort reflète la crise intérieure qui traverse alors Gautier. La Comédie de la Mort est composée en diptyque : « La Vie dans la Mort » est suivi de « La Mort dans la Vie ».

La Comédie de la Mort (Lire en ligne le texte intégral)

Le Nuage À un jeune Tribun Terza rima
Les Colombes Choc de cavaliers Montée sur le Brocken
Les Papillons Le Pot de fleurs Le Premier Rayon de Mai
Ténèbres Le Sphinx Le Lion du Cirque
Thébaïde Pensée de minuit Lamento « Connaissez-vous la blanche tombe »
Rocaille La Chanson de Mignon Barcarolle
Pastel Romance Tristesse
Watteau Le Spectre de la Rose Qui sera roi ?
Le Triomphe de Pétrarque saut saut Lamento « Ma belle amie est morte » saut Compensation
Melancholia Dédain Chinoiserie
Niobé Ce monde-ci et l’autre Sonnet. « Pour veiner de son front »
Cariatides Versailles À deux beaux yeux
La Chimère La Caravane Le Thermodon
La Diva Destinée Élégie. « J’ai fait une remarque »
Après le Bal Notre-Dame La Bonne Journée
Tombée du jour Magdalena L’Hippopotame
La Dernière Feuille Chant du Grillon Villanelle rythmique
Le Trou du Serpent Absence Le Sommet de la Tour
Les Vendeurs du Temple Au Sommeil

Télécharger le recueil gratuitement sur Projet Gutenberg

_______________

La Mort, l’apparition et els obsèques du Capitaine M…

Ce recueil en deux volumes a paru en 1864 chez Poulet-Malassis, à Bruxelles. Toutes ces pièces ont été reprises en 1874 dans les Poésies de Th. Gautier qui ne figureront pas dans ses œuvres, publiées à Bruxelles par Poulet-Malassis également :

Singularités :

Cauchemar

Colère

Sonnet VII (Avec ce siècle infâme…)

Quatrain pour le portrait d’Arsène Houssaye

Mon Aldegonde et ma Rodogune

En sortant de la représentation des « Faux Ménages »

Réponse à une invitation à dîner chez Monsieur Garnier


Galanteries :

Le musée secret

Le nombril

La mort, l’apparition et les obsèques du capitaine Morpion

Questions

Bonheur parfait

Concordances

Le Godemichet de la gloire

Distique sur un dessin du peintre Puvis de Chavannes


Bonapartisme :

Nativité

A l’impératrice

XV décembre MDCCCXL


(M)Envoyer cette page à un ami.
Imprimer